Forum de l'union médicale: Tunisie,Algérie,Maroc

Soyez le bienvenu sur FUMED (Forum de l'Union Médicale).


Espace de discussion scientifique pour les praticiens médicaux et para-médicaux des pays maghrébins francophones (Algérie, Tunisie, Maroc)

Do you like FUMED

Connexion

Récupérer mon mot de passe




















Pour établir un PARTENARIAT avec FUMED contactez l'administration du forum en cliquant ici:




 free counters

Les accidents vasculaires cérébraux

Partagez

Loratadine10
Super-membre
Super-membre

Féminin Messages : 302
Date d'inscription : 03/01/2011
Age : 36
Localisation : Algérie/Oran
Emploi : Pharmacienne

Les accidents vasculaires cérébraux

Message par Loratadine10 le Mar 31 Mai 2011, 20:19





[b]Les accidents vasculaires cérébraux représentent la 1re cause d' handicap acquis de l’adulte hors traumatismes, la 2e cause de démence et la 3e de mortalité. Si la rapidité de prise en charge conditionne largement le pronostic, il faut aussi s’attacher à en assurer la meilleure prévention possible, primaire ou secondaire.

Rappel physiopathologique

On distingue trois grandes catégories d’AVC.

Les deux premières sont en rapport avec une thrombose (d’où leur qualification d’AVC ischémiques) d’une artère cérébrale et la 3e avec une hémorragie :

- Thrombose cérébrale : elle est secondaire à la formation d’une plaque de lipides (athérosclérose) au niveau de la paroi d’une artère du cerveau. Elle représente environ 70 à 75 % des cas.

- Embolie cérébrale : une artère cérébrale est bouchée par un caillot formé ailleurs dans l’organisme, souvent dans le coeur, en cas de troubles du rythme cardiaque, ou au niveau d’une artère carotide. Elle représente environ 5 % des cas.

- Hémorragie cérébrale : elle correspond souvent à une rupture d’anévrysme, des malformations des vaisseaux souvent présents à la naissance et qui grossissent plus ou vite avec le temps. Elle représente environ 15 à 20 % des cas.

Le diagnostic doit être évoqué devant une installation rapide et brutale d’un déficit neurologique focalisé, les symptômes variant considérablement en fonction de la localisation et de l’importance de la lésion. Tous les intermédiaires sont possibles entre des symptômes fugaces et un coma hémiplégique évoluant vers le décès en quelques heures.

Par exemple, dans le cas d’un AVC ischémique carotidien, on observe majoritairement une cécité unilatérale, une hémiplégie, des troubles sensitifs unilatéraux (paresthésies, hypoesthésie, extinction sensitive), des troubles du langage (impossibilité de parler, manque de mots, troubles de la compréhension) ou encore des troubles de l’orientation spatiale. En revanche, les AVC ischémiques vertébrobasilaires sont plutôt caractérisés par des troubles moteurs et/ou sensitifs touchant un ou plusieurs membres homos ou controlatéraux, des déficits du champ visuel (voire une cécité corticale si l’ischémie est bilatérale), une diplopie (par paralysie oculomotrice), des troubles de la déglutition, ou par un syndrome cérébelleux (hypotonie, station débout et marche difficiles, incoordination musculaire, notamment des muscles impliqués dans la phonation ou dysarthrie, la parole du malade étant « scandée » ou « aboyante » avec une amplitude de la voix variant sans cesse).

Le pronostic des AVC hémorragique est sombre, avec une mortalité de 30 à 50 % à 6 mois. Et de fréquents et lourds handicaps pour les survivants : seulement 20 % de patients indépendants au-delà de 6 mois.

Les hématomes profonds sont les plus fréquents; globalement, leur première cause est l’hypertension artérielle. Chez les sujets jeunes, les causes sont dominées par les malformations vasculaires et par l’angiopathie amyloïde (présence de dépôts amyloïdes dans la paroi des vaisseaux) chez les sujets âgés. On peut y ajouter les anomalies de l’hémostase (hémophilie, hypoprothrombinémie, afibrinogénémie, drépanocytose, maladie de Willebrand – la plus fréquente des maladies hémorragiques constitutionnelle est due à un déficit quantitatif du facteur Von Willebrand qui joue un rôle dans l’agrégation plaquettaire), parmi lesquels aussi les accidents des traitements par les anticoagulants.

Les symptômes peuvent prendre la forme de céphalées (pouvant être isolées), de déficits moteurs ou sensitifs, de mouvements anormaux, de vertiges, de vomissements, d’une instabilité de la marche et de troubles de la vigilance.



[/size]
[/b]

Loratadine10
Super-membre
Super-membre

Féminin Messages : 302
Date d'inscription : 03/01/2011
Age : 36
Localisation : Algérie/Oran
Emploi : Pharmacienne

Re: Les accidents vasculaires cérébraux

Message par Loratadine10 le Mar 31 Mai 2011, 20:23

Les mots du client


- « Ma mère a ressenti un brusque étourdissement.

- Mon père conduisait sa voiture quand sa vue s’est brutalement brouillée.

- Ma rééducation dure depuis 4 ans. »

Les questions à l’officine :
Peut-on prévenir un accident vasculaire cérébral ?

On peut certainement en diminuer le risque de survenue. Observer une bonne hygiène de vie est essentielle de ce point de vue, ce qui inclut d’avoir une activité physique régulière, de ne pas fumer ou d’arrêter de fumer, de maigrir si on est en surpoids (attention au syndrome d’apnée du sommeil) et d’adopter une alimentation saine (réduction de la consommation d’alcool, de sel, de graisses d’origine animale, augmentation de la consommation de poissons, de fruits et de légumes).

La migraine, l’obésité et la prise de contraceptifs oraux après 35 ans, peuvent être des facteurs favorisants.

On peut aussi diminuer le risque d’AVC en faisant régulièrement des bilans de santé, notamment vers la cinquantaine en l’absence de facteurs de risque identifiés avant.

Est-il vrai que les AVC touchent surtout les personnes âgées?

Il est exact que le vieillissement contribue à augmenter le risque d’AVC et que la plupart (75 %) surviennent après 65 ans. Mais, les AVC peuvent frapper à tout âge et dans notre pays environ 5 % sont observés avant l’âge de 40 ans et atteignent parfois des jeunes enfants.

On estime à plusieurs centaines par an le nombre d’enfants à être victimes d’AVC, en grande majorité secondaires à des malformations vasculaires.

Est-il exact que les pilules prédisposent au risque d’AVC ?

Les contraceptifs hormonaux actuels n’augmentent que légèrement le risque d’AVC ischémiques. Ce risque a diminué avec le temps grâce à la réduction de la dose en estrogène, mais la nature du progestatif peut aussi jouer un rôle. L’âge et les antécédents personnels et familiaux jouent un rôle important. Surtout, il est essentiel que le médecin prenne bien en compte dans sa prescription d’un contraceptif hormonal, en plus de l’âge, des facteurs de risque pouvant exister, comme une hypertension artérielle ou un diabète. La prudence s’impose aussi en cas de migraine.

Loratadine10
Super-membre
Super-membre

Féminin Messages : 302
Date d'inscription : 03/01/2011
Age : 36
Localisation : Algérie/Oran
Emploi : Pharmacienne

Re: Les accidents vasculaires cérébraux

Message par Loratadine10 le Mar 31 Mai 2011, 20:31

Causes les plus fréquentes d’AVC


  • Athérome : le diabète est un accélérateur d’athérosclérose et le tabagisme favorise le développement de l’athérosclérose carotidienne
  • Hypertension artérielle non ou mal contrôlée
  • Fibrillation auriculaire
  • Maladie des petites artères : concerne des artères de moins de 0,3 mm de diamètre, qui prennent leur origine sur les gros troncs artériels venant directement du coeur (artère carotide, artère cérébrale moyenne en avant, artère vertébrale et tronc basilaire en arrière).
  • Infarctus du myocarde
  • Valvulopathies
  • Endocardite infectieuse

À savoir : les facteurs de risque se potentialisent entre eux.

Loratadine10
Super-membre
Super-membre

Féminin Messages : 302
Date d'inscription : 03/01/2011
Age : 36
Localisation : Algérie/Oran
Emploi : Pharmacienne

Re: Les accidents vasculaires cérébraux

Message par Loratadine10 le Mar 31 Mai 2011, 20:35

AVC : les 6 signes qui doivent alerter:

- Perte brutale de la motricité ou de la force d’un bras, d’une jambe ou de la totalité d’un côté du corps (hémiplégie) ; atteinte du visage (déviation de la bouche).
- Perte de la sensibilité d’un membre, de la face ou de tout le côté du corps.
- Difficulté soudaine à trouver les mots ou à les exprimer.
- Trouble soudain de l’équilibre et de la marche
- Perte brutale de la vision d’un oeil ou vision trouble.
- Violents maux de tête.

Loratadine10
Super-membre
Super-membre

Féminin Messages : 302
Date d'inscription : 03/01/2011
Age : 36
Localisation : Algérie/Oran
Emploi : Pharmacienne

Re: Les accidents vasculaires cérébraux

Message par Loratadine10 le Mar 31 Mai 2011, 20:39

Les bons gestes:

- Prévenir sans délai les secours au moindre doute ; se rappeler que, comme en ce qui concerne l’infarctus du myocarde, chaque minute compte pour le pronostic.
- Noter l’heure précise du début des troubles neurologiques (important, notamment, pour la prise de décision ultérieure de mettre en oeuvre ou non une thrombolyse).
- Placer le patient en position latérale de sécurité en cas de troubles de la conscience.
- Préciser si possible sur un document les traitements en cours.
- Ne pas administrer d’aspirine

Contenu sponsorisé

Re: Les accidents vasculaires cérébraux

Message par Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 08:06


    La date/heure actuelle est Mar 24 Jan 2017, 08:06