Forum de l'union médicale: Tunisie,Algérie,Maroc

Soyez le bienvenu sur FUMED (Forum de l'Union Médicale).


Espace de discussion scientifique pour les praticiens médicaux et para-médicaux des pays maghrébins francophones (Algérie, Tunisie, Maroc)

Do you like FUMED

Connexion

Récupérer mon mot de passe































Pour établir un PARTENARIAT avec FUMED contactez l'administration du forum en cliquant ici:




 free counters


Les réflexes en cardiologie5412

Les réflexes en cardiologie

Partagez

Dr Aymen
Admin
Admin

Masculin Messages: 3442
Date d'inscription: 27/07/2009
Age: 30
Localisation: TUNISIE
Emploi: Résident en Imagerie médicale

Les réflexes en cardiologie

Message par Dr Aymen le Jeu 17 Fév 2011, 06:16



En médecine, sur le plan diagnostique et thérapeutique, il y a des conduites systématiques à appliquer devant un cas donné, ces conduites qu’on va appeler «Les réflexes en médecine» seront rassembler sur le forum dans des sujets classés par spécialité, chaque membre peut poster dans le sujet (en cliquant sur le bouton[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]) un message contenant « un réflexe » en indiquant la référence si c’est possible.

On peut discuter dans ces sujets « les réflexes » postés par les membres.

Tout message qui ne contient que des mots de remerciement sera supprimé pour ne pas encombrer ces sujets.

à vos claviers [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Ce sujet sera réserver pour la CARDIOLOGIE.

rahima45
Progresse
Progresse

Féminin Messages: 25
Date d'inscription: 17/10/2010
Age: 49
Localisation: algerie( oran)
Emploi: medecin generaliste

salam

Message par rahima45 le Jeu 17 Fév 2011, 23:46

toujours prendre la tension arterielle quelquesois les symptomes dont souffre le patient car c'est un geste medical pour toi et un acte reconfortant pour le malade

brasid84
Touriste
Touriste

Masculin Messages: 1
Date d'inscription: 24/02/2011
Age: 30
Localisation: setif algerie
Emploi: etudiant en medecine

en cardiologie

Message par brasid84 le Jeu 24 Fév 2011, 21:02

toujours en cardiologie il faut mesurer la tention art ,rechercher les antecedant d'une anomalie ou une maladie anterieur puis demander les examen complementaire :ECG, FC , FR, oedeme ,etat des jegulaire,pouls,cyanose,apocratisme digitale, puis demander les examen complementaire tel que :ECG , BLB tot , HDL , parfois Rx du thorax ...

mestiria
Membre actif
Membre actif

Féminin Messages: 101
Date d'inscription: 12/01/2011
Age: 27
Localisation: tunisie
Emploi: etudiante

Re: Les réflexes en cardiologie

Message par mestiria le Dim 06 Mar 2011, 18:22

fievre +souffle cardiaque=endocardite jusqu'a preuve du contraire

bastet
Progresse
Progresse

Féminin Messages: 6
Date d'inscription: 07/03/2011
Age: 29
Localisation: rabat
Emploi: docteur

Re: Les réflexes en cardiologie

Message par bastet le Lun 07 Mar 2011, 08:23

toujours prendre la tension artérielle de façon comparative, avec vérification systématique des pouls en particuliers les pouls fémoraux !!
attention devant une HTA qui s'améliore spectaculairement suite a la prise d'IEC : STENOSE RENALE UNILATERALE..... et devant une HTA qui s'aggrave a la prise d'IEC: STENOSE RENALE BILATERALE,ou, UNILATERALE SUR REIN UNIQUE !!
devant tout localisation athéromateuse... faut chercher systématiquement les autres possibles localisations athéromateuses...!!

ALOUANE DN
Touriste
Touriste

Féminin Messages: 2
Date d'inscription: 21/03/2011
Age: 28
Localisation: TUNISIE TUNIS
Emploi: ETUDIANTE EN MEDECINE

Re: Les réflexes en cardiologie

Message par ALOUANE DN le Mar 22 Mar 2011, 07:01

Prendre la TA bilatérale + Pouls fémoraux pour éliminer une dissection de l'aorte systématiquement avant de faire la thrombolyse ou d'administrer de l'héparine

benouna
Progresse
Progresse

Féminin Messages: 20
Date d'inscription: 18/03/2011
Localisation: paris
Emploi: Etudiante en medecine

Re: Les réflexes en cardiologie

Message par benouna le Mar 22 Mar 2011, 07:10

AVC fébrile chez un sujet jeune ==> Endocardite +++++

mestiria
Membre actif
Membre actif

Féminin Messages: 101
Date d'inscription: 12/01/2011
Age: 27
Localisation: tunisie
Emploi: etudiante

Re: Les réflexes en cardiologie

Message par mestiria le Jeu 24 Mar 2011, 10:51

en cas d'IDM,lanon cédation de la douleur=il y'a encore des cellules myocardiques à sauver

jarod5001
Touriste
Touriste

Masculin Messages: 2
Date d'inscription: 17/06/2010
Age: 35
Localisation: Tunisie
Emploi: Medecin

Re: Les réflexes en cardiologie

Message par jarod5001 le Sam 26 Mar 2011, 22:27

Je pense qu'il vaut mieux lister les réflexes selon le motif de consultation : ce qu'il faut faire et ne pas oublier lorsqu'un patient consulte en urgence pour un signe précis (on a rarement le diagnostic dans l'immédiat).

Réflexes devant precordialgie?
Réflexes devant syncope?

(je sais je pose des questions, mais je n'ai pas vraiment de réponses bien précises)
Merci.

hala-radja
Progresse
Progresse

Féminin Messages: 4
Date d'inscription: 21/03/2011
Age: 30
Localisation: sba ;algerie
Emploi: medecin

Re: Les réflexes en cardiologie

Message par hala-radja le Sam 26 Mar 2011, 23:10

Devant :ATCD bronchopneumopathie chronique, ATCDde cardiopathie congénitale, d'insuffisance ventriculaire gauche ou de valvulopathie ou de maladie embolique , L'hépatalgie d'effort , DYSPNEE

Surtout n'oublier pas de voir les membres inf à la recherche des oedèmes généralisés ......" l'insuffce ventriculaire droite".
Ils sont plus tardifs, ils sont habituellement mous, indolores, prenant le godet. Ils sont déclives et bilaréraux.

ALOUANE DN
Touriste
Touriste

Féminin Messages: 2
Date d'inscription: 21/03/2011
Age: 28
Localisation: TUNISIE TUNIS
Emploi: ETUDIANTE EN MEDECINE

Re: Les réflexes en cardiologie

Message par ALOUANE DN le Dim 27 Mar 2011, 19:58

Devant la suspiscion d'un syndrome coronarien aigu ST+ ou ST- Trponine+ ou Troponine- avec des douleurs thoracique typique on administre au patient
50mg d'héparine} en IVD
250mg d'aspirine}enIVD après avoir éliminé les CI absolues de l'héparine
meme si c'est par excès ça fera plus de bien que de mal

Dr awatef
Progresse
Progresse

Féminin Messages: 15
Date d'inscription: 02/08/2010
Age: 27
Localisation: tunis
Emploi: Résidente

Re: Les réflexes en cardiologie

Message par Dr awatef le Dim 27 Mar 2011, 23:34

Devant tt trouble de rythme cardiaque il faut demander tjs un bilan thyroidien

elmakrininourddine
Progresse
Progresse

Masculin Messages: 3
Date d'inscription: 14/06/2011
Age: 27
Localisation: ZERHOUN
Emploi: ETUDIANT

Re: Les réflexes en cardiologie

Message par elmakrininourddine le Lun 15 Aoû 2011, 00:15

devant toute douleur thoracique aigue il faut eliminer 4 urgences cardiovasculaire PIED
Pericardite aigue
Ischemie myocardique
Embolie pulmonaire
Dissection aortique

maksong
Super-membre
Super-membre

Masculin Messages: 431
Date d'inscription: 01/07/2010
Age: 26
Localisation: Bamako(Mali)
Emploi: etudiant

Re: Les réflexes en cardiologie

Message par maksong le Lun 15 Aoû 2011, 02:41

tout cardiaque qui dort en décubitus va mieux

maksong
Super-membre
Super-membre

Masculin Messages: 431
Date d'inscription: 01/07/2010
Age: 26
Localisation: Bamako(Mali)
Emploi: etudiant

Re: Les réflexes en cardiologie

Message par maksong le Lun 15 Aoû 2011, 02:44

Toute douleur thoracique réveillée par la palpation n'est pas d'origine cardiaque

soumayal
Touriste
Touriste

Féminin Messages: 1
Date d'inscription: 30/10/2009
Age: 34
Localisation: annaba
Emploi: medecin

Re: Les réflexes en cardiologie

Message par soumayal le Jeu 15 Sep 2011, 05:43

un réflexe

Dr.Belhassen
Modérateur
Modérateur

Masculin Messages: 426
Date d'inscription: 14/01/2010
Age: 38
Localisation: Tunis
Emploi: Médecin de santé publique

Re: Les réflexes en cardiologie

Message par Dr.Belhassen le Ven 16 Sep 2011, 06:20

dans l’interprétation de l'ecg il est toujours souhaitable de regarder l'ionogramme et la calcémie et devant toute arythmie (ac/fa ou extrasystoles..) il faut chercher des signes cliniques de dysthyroidie (hypo ou hyper) en attendant les résultats du t4-tsh qu'il faudra demander systématiquement même en l’absence de signes cliniques évocateurs (cas fréquent chez les sujets agés)

drsaidg
Membre hyper-actif
Membre hyper-actif

Masculin Messages: 628
Date d'inscription: 03/09/2011
Age: 32
Localisation: algerie
Emploi: medecin

Re: Les réflexes en cardiologie

Message par drsaidg le Sam 24 Sep 2011, 02:06

evaluer l'etat genelral du mde:

conscient/confus /obnebulé/comateux (CGS) - calme/agité

bien coloré /pale/cynosé/ictérique FR/mn

les extrimité: chaudes,bien coloré/ froide cyanosé marbré/ sueur

mesure rapide TA.Fc.Fr /auscultation pumonaire et cardiaque rapide : cripitants/ sibilant/ souffle/arythmie/ tachy-bradycardie

d'emblé: mise en condition: en fonction des signes d'orientation..

nadjib
Touriste
Touriste

Masculin Messages: 1
Date d'inscription: 01/08/2010
Age: 28
Localisation: algerie
Emploi: etudiant

Re: Les réflexes en cardiologie

Message par nadjib le Lun 26 Sep 2011, 06:41

qui peut repondre
hta qui s'aggrave directement apres indroduction d'un BBloquant on doit suspecter au 1er...................................

harmonie
Super-membre
Super-membre

Féminin Messages: 441
Date d'inscription: 17/10/2010
Age: 29
Localisation: Algerie
Emploi: Médecin-Résidente.

Re: Les réflexes en cardiologie

Message par harmonie le Lun 26 Sep 2011, 07:55

nadjib a écrit:qui peut repondre
hta qui s'aggrave directement apres indroduction d'un BBloquant on doit suspecter au 1er...................................

phéochromocytome [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

walid1967
Membre actif
Membre actif

Masculin Messages: 151
Date d'inscription: 19/11/2010
Age: 77
Localisation: Chez moi !
Emploi: Médecin

Re: Les réflexes en cardiologie

Message par walid1967 le Lun 26 Sep 2011, 08:34

Une TV risque de se transformer à tout moment en fibrillation ventriculaire , vérifier toujourrs la presence d'un défibrillateur branché et pret et présent .

maramuss
Touriste
Touriste

Féminin Messages: 1
Date d'inscription: 01/10/2011
Age: 23
Localisation: algerie
Emploi: étudiante

Re: Les réflexes en cardiologie

Message par maramuss le Sam 01 Oct 2011, 19:56

alors loin du coeur:
palpation de la thyroide , palpation symetriques des pouls pédieux , examen de la dentition...
3choses que j'ai retenu lors de ma première semaine en cardio

narnia80
Progresse
Progresse

Féminin Messages: 17
Date d'inscription: 29/07/2010
Age: 33
Localisation: batna
Emploi: generaliste

Re: Les réflexes en cardiologie

Message par narnia80 le Dim 02 Oct 2011, 01:19

n oublier jamais de demander la notion de TABAGISME (réflexes dans toute interrogatoire)
toujours calculer la CLEARANCE DE LA CREATININE meme si le bilan renal vous parrais normal;
et chez le sujet agé la formule de cockroft sous estime la fonction renale utiliser MDRD

rose.
Progresse
Progresse

Féminin Messages: 19
Date d'inscription: 01/09/2011
Age: 26
Localisation: constantine
Emploi: interne

Re: Les réflexes en cardiologie

Message par rose. le Dim 02 Oct 2011, 02:26

toute epigastralgie chez un sujet >50ans, attire l'attention vers un probleme cardiaque

rose.
Progresse
Progresse

Féminin Messages: 19
Date d'inscription: 01/09/2011
Age: 26
Localisation: constantine
Emploi: interne

Re: Les réflexes en cardiologie

Message par rose. le Dim 02 Oct 2011, 02:37

qui peut repondre
hta qui s'aggrave directement apres indroduction d'un BBloquant on doit suspecter au 1er...................................

angor de prézmital [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

rose.
Progresse
Progresse

Féminin Messages: 19
Date d'inscription: 01/09/2011
Age: 26
Localisation: constantine
Emploi: interne

Re: Les réflexes en cardiologie

Message par rose. le Dim 02 Oct 2011, 02:41

angor de prinzmital


savoirplus
Touriste
Touriste

Féminin Messages: 2
Date d'inscription: 17/10/2011
Age: 37
Localisation: Tunisie
Emploi: medecin generaliste

Re: Les réflexes en cardiologie

Message par savoirplus le Mar 18 Oct 2011, 20:57

Devant des épigastralgies chez un sujet à risque cardiovasculaire il faut toujours faire un ECG, afin d éliminer un IDM inférieur

zouha01
Membre fidèle
Membre fidèle

Féminin Messages: 30
Date d'inscription: 02/10/2011
Age: 30
Localisation: tunisie mahdia
Emploi: medecin

Re: Les réflexes en cardiologie

Message par zouha01 le Lun 21 Nov 2011, 23:13

salut,
devant une HTA qui s'aggrave après introduction de B bloquants, on doit suspecté un phéochromocytome en rapport avec le phénomène de feeds back.
merci.

MIRAGE
Directeur général de FUMED
Directeur général de FUMED

Masculin Messages: 2244
Date d'inscription: 16/08/2009
Age: 28
Localisation: Maghreb united
Emploi: Medical student

Re: Les réflexes en cardiologie

Message par MIRAGE le Mar 29 Nov 2011, 02:11

Un arrêt cardiaque peut survenir à tout moment si kaliémie sup à 6.5 mmol/l
==) ECG systématique devant une hyper kaliémie !

ghani1971
Progresse
Progresse

Masculin Messages: 3
Date d'inscription: 29/11/2011
Age: 36
Localisation: setif algerie
Emploi: medecin generaliste

Re: Les réflexes en cardiologie

Message par ghani1971 le Mar 29 Nov 2011, 04:53

hyertention frappe les jeunnes de plus en plus pourquoi

sajida
Touriste
Touriste

Féminin Messages: 2
Date d'inscription: 03/12/2011
Age: 49
Localisation: ALGERIE
Emploi: MEDECIN

Re: Les réflexes en cardiologie

Message par sajida le Sam 10 Déc 2011, 23:20

pouls femoraux abscents +HTA sevère = coarctation de l 'aorte

dounya ahmed
Touriste
Touriste

Féminin Messages: 1
Date d'inscription: 26/11/2011
Age: 27
Localisation: tlemcen-algérie
Emploi: medecin interne

Re: Les réflexes en cardiologie

Message par dounya ahmed le Jeu 26 Jan 2012, 23:01

devant toute douleur , oedème, modification de la couleur du menbre inférieur et perte de ballennement du mollet il faut penser à thrombose veineuse profonde des membres inférieurs

mahfoud
Progresse
Progresse

Masculin Messages: 3
Date d'inscription: 23/02/2012
Age: 54
Localisation: ANNABA /ALGERIE
Emploi: medecin generaliste

Re: Les réflexes en cardiologie

Message par mahfoud le Jeu 23 Fév 2012, 08:53

devant toute hta qui s'aggrave lors de l'introduction d'un BB doit faire evoquer le
dg d'un pheochromocytome

CHOUKET
Progresse
Progresse

Masculin Messages: 9
Date d'inscription: 22/11/2009
Age: 42
Localisation: مطماطة القديمة
Emploi: MEDECIN

Re: Les réflexes en cardiologie

Message par CHOUKET le Jeu 01 Mar 2012, 04:39

devant toute epigastralgie chez un sujet agé faire un ECG et suspecter un IDM inf

melinda
Membre fidèle
Membre fidèle

Féminin Messages: 78
Date d'inscription: 22/03/2011
Age: 26
Localisation: BLIDA
Emploi: Etudiante en médecine

Les bruits cardiaques

Message par melinda le Lun 19 Mar 2012, 18:26

Le fonctionnement cardiaque produit deux bruits particulièrement audibles : le premier bruit (B1) qui marque la systole et le deuxième bruit (B2) qui marque la diastole.
B1 pour la systole et B2 pour la diastole

Le premier bruit, ou B1, est maximum à la pointe, et assez sourd et grave. Il correspond à la contraction du myocarde au début de la systole ventriculaire lorsque la pression qui règne dans le ventricule devient supérieure à la pression régnant dans l'oreillette, ce qui provoque la fermeture des valves auriculo-ventriculaires (mitrale - tricuspide). Il est en général unique et marque le début de la systole ventriculaire.

En poursuivant leur contraction, les ventricules poussent le flux sanguin à travers les valves aortiques et pulmonaires (valves sigmoïdes). A la fin de la systole, les ventricules se relâchent, ce qui cause une baisse de la pression intraventriculaire avec une fermeture franche des sigmoïdes aortique et pulmonaire. Cette fermeture est à l'origine du deuxième bruit, ou B2. Ce deuxième bruit est plus bref et plus sec que le B1 ; il est maximum à la base, et de tonalité plus élevé. B2 marque le début de la diastole ventriculaire.

B1 et B2 correspondent chacun à la fermeture de deux valves. Dans ce contexte, il est néanmoins utile de connaître l'ordre de fermeture des valves car certaines conditions peuvent séparer les sons. La fermeture de la valve mitrale précède celle de la valve tricuspide durant B1, et la valve aortique se ferme juste avant la valve pulmonaire durant B2. Sachant que la pression dans le coeur gauche est supérieure à celle du coeur droit, il va de soi que les deux valves cardiaques gauches se ferment avant les deux valves cardiaques droites.

melinda
Membre fidèle
Membre fidèle

Féminin Messages: 78
Date d'inscription: 22/03/2011
Age: 26
Localisation: BLIDA
Emploi: Etudiante en médecine

Comment distinguer les bruits cardiaques?

Message par melinda le Lun 19 Mar 2012, 18:36

B1 et B2 se distinguent aisément : entre B1 et B2 se trouve le petit silence qui correspond à la systole ventriculaire ; entre B2 et B1 se trouve le grand silence qui correspond à la diastole ventriculaire. La durée de la diastole étant plus longue que celle de la systole, l'intervalle B2-B1 est supérieure à l'intervalle B1-B2. Lors d'une forte accélération du rythme cardiaque, la distinction entre ces deux bruits peut s'avérer plus difficile. Pour cette raison, il peut être nécessaire de palper le pouls carotidien ou radial, sachant que B1 est concomitant à l'impulsion du pouls et que B2 correspond à la décroissance de la pulsation.

Dans certains cas, chez le sujet jeune ou chez la femme enceinte, on peut entendre un troisième bruit physiologique, ou B3, au début du grand silence. De même, un troisième bruit est fréquemment entendu chez l'enfant, dans environ 50% de cas. Ce troisième bruit est très sourd, peu intense et correspond à la phase de remplissage rapide initiale du ventricule gauche. Ce rythme à trois temps disparaît lorsque le sujet passe de la position couchée à la position debout.

melinda
Membre fidèle
Membre fidèle

Féminin Messages: 78
Date d'inscription: 22/03/2011
Age: 26
Localisation: BLIDA
Emploi: Etudiante en médecine

Souffles pathologiques

Message par melinda le Lun 19 Mar 2012, 18:39

En cas de sténose ou d'autres lésions de la valve, le passage du sang produit une turbulence qui est audible pendant l'intervalle entre les 2 bruits. Il est important de chercher l'endroit où ce souffle a le maximum d'intensité et d'évaluer ses irradiations. Il s'agit ensuite de déterminer la chronologie et la durée du souffle, à savoir si le souffle est systolique ou diastolique en fonction de sa position dans l'intervalle B1-B2 ou B2-B1 et si le souffle occupe toute la systole/diastole (holo) ou, au contraire, s'il se situe plutôt au début (proto), au milieu (méso) ou vers la fin (télé) de la systole/diastole.

Certains souffles dits « régurgitants » - caractéristiques de l'insuffisance mitrale par exemple - occupent toute la phase, alors que d'autres dits « d'éjection » - notamment caractéristiques de la sténose aortique - ont un début et une fin identifiables.Une autre partie de l'examen consiste en la description précise du type de bruit : roulements, frottements, souffle, musical, mécanique...

melinda
Membre fidèle
Membre fidèle

Féminin Messages: 78
Date d'inscription: 22/03/2011
Age: 26
Localisation: BLIDA
Emploi: Etudiante en médecine

L'intensité du souffle

Message par melinda le Lun 19 Mar 2012, 18:42

L'intensité des souffles est généralement cotée sur une échelle arbitraire de 1 à 6 :
Degré 1 : très léger, audible uniquement lorsqu'on se concentre, pas nécessairement entendu dans toutes les positions.
Degré 2 : léger, mais audible dès que le stéthoscope est posé sur la poitrine.
Degré 3 : modérément fort, non accompagné d'un frémissement.
Degré 4 : fort, parfois accompagné d'un frémissement.
Degré 5 : très fort, audible avant que le stéthoscope ne soit appliqué complètement sur la poitrine, associé à un frémissement.
Degré 6 : audible même si le stéthoscope n'est pas appliqué sur la poitrine et associé à un frémissement.

melinda
Membre fidèle
Membre fidèle

Féminin Messages: 78
Date d'inscription: 22/03/2011
Age: 26
Localisation: BLIDA
Emploi: Etudiante en médecine

Signification clinique du souffle

Message par melinda le Lun 19 Mar 2012, 18:45

Il est important de préciser la signification clinique du souffle. Ce dernier peut être causé par un écoulement normal à travers une valve endommagée, il peut également être le résultat d'une augmentation du flux sanguin à travers une valve normale comme en cas de grossesse, d'anémie ou de thyréotoxicose. Des souffles sont également fréquents chez les enfants sans qu'il y ait pour autant une pathologie sous-jacente. Très fréquents en pédiatrie, ces souffles anodins sont le motif le plus fréquent de consultation spécialisée.

En vue du diagnostic différentiel entre souffles physiologiques et pathologiques, la présence concomitante d'autres signes cliniques tels que précordialgies, palpitations, dyspnée peut être un indice très utile pour orienter le diagnostic vers une pathologie. La distinction entre les bruits physiologiques et pathologiques peut s'avérer difficile. Il est cependant à noter que les murmures physiologiques sont généralement situés entre l'apex et le bord sternal, que leur irradiation est limitée, qu'ils se situent tôt dans la systole et ont une décroissance harmonique sur un mode vibratoire. D'autre part, ils sont sensibles au changement de position, diminuant avec la station debout et lors d'une manoeuvre de Valsalva (épreuve respiratoire qui consiste à effectuer une expiration forcée en gardant la glotte fermée).

melinda
Membre fidèle
Membre fidèle

Féminin Messages: 78
Date d'inscription: 22/03/2011
Age: 26
Localisation: BLIDA
Emploi: Etudiante en médecine

Technique et foyers d'auscultation cardiaque

Message par melinda le Lun 19 Mar 2012, 18:55

Technique de l'auscultation

Temps essentiel de l'examen cardiaque, l'auscultation au stéthoscope permet souvent de faire le diagnostic sans avoir recours à des examens complémentaires. Elle est réalisée :
dans un local silencieux, le malade torse nu ;
sur un malade en décubitus dorsal, puis en décubitus latéral gauche et en position assise ;
en respiration normale, puis en inspiration et expiration forcées;
accompagnée de la prise simultanée de la prise du pouls carotidien ou à défaut du pouls radial ;
foyer par foyer, en ayant soin d'inclure les 4 foyers d'auscultation: foyer pulmonaire, foyer aortique, foyer apexien et foyer endoapexien.
Foyer pulmonaire

Il se situe légèrement sous l'extrémité de la clavicule gauche au niveau du 2ème espace intercostal gauche (voir (a) sur le figure).

Foyer aortique

Il se situe légèrement en dessous de l'extrémité interne de la clavicule droite au niveau du 2ème espace intercostal droit(voir (b) sur la figure).

Foyer mitral ou apexien

Situé à la pointe du coeur (repéré à la palpation de la partie gauche du thorax), il correspond à la valve mitrale au niveau du 5ème espace intercostal gauche sur la ligne médio-claviculaire (voir (c) sur la figure).

Foyer tricuspide ou endoapexien

placé en dedans du foyer apexien, il correspond à la valve tricuspide au niveau du 4ème espace intercostal gauche, à la xiphoïde (voir (d) sur la figure).

Compléments d'auscultation

L'auscultation ne doit pas se limiter à ces 4 foyers principaux, car il convient d'ausculter aussi :
toutes les zones intermédiaires ;
la paroi latérale gauche et l'aisselle afin de suivre la propagation des bruits mitraux (voir figure) ;
les bords latéraux du sternum ;
la base du cou afin de déceler la propagation des bruits aortiques ;
la région sous-claviculaire gauche (canal artériel) ;
la région inter-vertébrale gauche (coarctation de l'aorte).

melinda
Membre fidèle
Membre fidèle

Féminin Messages: 78
Date d'inscription: 22/03/2011
Age: 26
Localisation: BLIDA
Emploi: Etudiante en médecine

Les bruits cardiaques pathologiques

Message par melinda le Lun 19 Mar 2012, 18:57

A l'auscultation, on distingue cinq grands types d'anomalies : 1) les bruits physiologiques ; 2) les bruits surajoutés ; 3) les souffles ; 4) les roulements et 5) les frottements.

melinda
Membre fidèle
Membre fidèle

Féminin Messages: 78
Date d'inscription: 22/03/2011
Age: 26
Localisation: BLIDA
Emploi: Etudiante en médecine

Anomalies de bruits physiologiques

Message par melinda le Lun 19 Mar 2012, 18:59

L'éclat du premier bruit

Audible à la pointe, l'éclat du premier bruit traduit souvent une induration de la valvule mitrale comme observée dans le rétrécissement mitral ; dans les blocs auriculo-ventriculaires complets, l'éclat de B1 est variable en raison de l'absence de liaison entre les contractions auriculaires et ventriculaires.
L'éclat du deuxième bruit

Audible au foyer aortique ou pulmonaire, le premier est le signe d'une d'hypertension artérielle systémique alors que le second traduit une hypertension artérielle pulmonaire. Un éclat du deuxième bruit peut également être relevé au cours de l'éréthisme cardiaque.
Assourdissement global des bruits

Il se rencontre en présence d'un obstacle entre le coeur et la paroi en présence d'emphysème ou d'épanchements pleuraux ou péricardiques ou en cas d'obésité. Il s'observe également en cas d'atteinte myocardique aiguë ou chronique comme, par exemple, en cas d'insuffisance cardiaque congestive ou d'infarctus du myocarde.

Une diminution de l'intensité du 1er bruit s'observe en cas d'insuffisance mitrale.

Une diminution de l'intensité du 2ème bruit s'observe en cas de rétrécissement aortique ou de rétrécissement pulmonaire.
Dédoublement de B1 et B2

Il s'observe en cas de bloc de branche.
Dédoublement de B2

Large, fixe et indépendant du cycle respiratoire, il se rencontre dans la communication interauriculaire.
Accentuation des deux bruits

Elle relève généralement d'un éréthisme cardiaque.

melinda
Membre fidèle
Membre fidèle

Féminin Messages: 78
Date d'inscription: 22/03/2011
Age: 26
Localisation: BLIDA
Emploi: Etudiante en médecine

Les bruits surajoutés

Message par melinda le Lun 19 Mar 2012, 19:12

Bruits diastoliques:
1-Le galop

2-Le claquement d'ouverture mitrale

3-La vibrance péricardique
Bruits systoliques:
1-Click mitral

2-Click éjectionnel
Les souffles
Les roulements
Le frottement péricardique












melinda
Membre fidèle
Membre fidèle

Féminin Messages: 78
Date d'inscription: 22/03/2011
Age: 26
Localisation: BLIDA
Emploi: Etudiante en médecine

Bruits diastoliques

Message par melinda le Lun 19 Mar 2012, 19:27

1-Le galop:

Il s'agit d'un bruit diastolique sourd donnant une impression tant tactile qu'auditive et traduisant une insuffisance ventriculaire gauche ou droite. Le bruit de galop intercalé entre B2 et B1 donne un rythme à 3 temps caractéristique. Il peut s'observer en début de diastole : on parle alors d'un galop protodiastolique, dû à l'accroissement du remplissage rapide initial. Il peut également se rencontrer en fin de diastole : il s'agit alors d'un galop télédiastolique, dû à l'accroissement du remplissage rapide terminal. Parfois un bruit peut intervenir au milieu de la diastole par sommation des deux : il s'agit alors d'un galop de sommation.
Le galop gauche, entendu à la pointe et à l'endapex, traduit une insuffisance ventriculaire gauche
Le galop droit, entendu à l'appendice xiphoïde, traduit en général une insuffisance ventriculaire droite.


2-Le claquement d'ouverture mitrale:
L'ouverture de la valve mitrale est normalement silencieuse. Elle peut néanmoins donner un bruit sec, proche du 2ème bruit, audible à l'endapex, lorsque les valves sont indurées en cas de rétrécissement de l'orifice mitral.
3-La vibrance péricardique:
Bruit sec, il se situe dans la première partie de la diastole.

melinda
Membre fidèle
Membre fidèle

Féminin Messages: 78
Date d'inscription: 22/03/2011
Age: 26
Localisation: BLIDA
Emploi: Etudiante en médecine

Bruits systoliques

Message par melinda le Lun 19 Mar 2012, 19:31

1-Click mitral:

Il s'agit d'un claquement méso-télé-systolique en rapport avec des anomalies des cordages de la valve mitrale. Situé au milieu ou à la fin de la systole, ce bruit est aigu, correspondant en général à un prolapsus valvulaire mitral juste avant la régurgitation lorsqu'il y a une fuite.


2-Click éjectionnel:

Il s'agit d'un claquement protosystolique d'éjection d'origine valvulaire et contemporain de l'ouverture des valves sigmoïdes aortiques ou pulmonaires. Il correspond en général au bruit du jet de sang à travers une valve sténosée sur l'artère en aval, souvent dilatée par le jet. Il témoigne de l'origine valvulaire de l'obstacle.

melinda
Membre fidèle
Membre fidèle

Féminin Messages: 78
Date d'inscription: 22/03/2011
Age: 26
Localisation: BLIDA
Emploi: Etudiante en médecine

Les souffles

Message par melinda le Lun 19 Mar 2012, 19:43

Les souffles résultent de la turbulence du sang au sein du coeur ou des artères principales qui en sortent. En présence d'un souffle à l'auscultation, il est essentiel d'en préciser les caractéristiques. La combinaison de ces caractéristiques permet en général un diagnostic. Les souffles se caractérisent par :
a)-Siège et irradiations:
Le maximum d'intensité du souffle se situe au foyer d'auscultation de l'orifice qui leur a donné naissance. Il permet donc de localiser l'origine du souffle.
Les irradiations du souffle se font en fonction de la direction et du sens du courant sanguin. Ils indiquent ainsi la direction du flux turbulent :
Orifice aortique : en cas de sténose, propagation vers les vaisseaux du cou ; en cas de régurgitation, propagation le long du bord gauche du sternum et vers la pointe.
Orifice mitral : en cas de régurgitation mitrale, propagation vers l'aisselle.
Orifice pulmonaire : en cas de sténose, propagation vers la clavicule gauche ; en cas de régurgitation, propagation le long du sternum.
Orifice tricuspide : latéralement de chaque côté de la xiphoïde.


b)-Chronologie et durée:

Selon la place et la durée des souffles dans la systole et diastole, le souffle est appelé :
proto-systolique/diastolique : début de la systole/diastole
méso-systolique/diastolique : milieu de la systole/diastole
télé-systolique/diastolique : fin de la systole/diastole
holo-systolique/diastolique : du début à la fin de la systole/diastole
c)-Intensité:

Habituellement cotée sur une échelle arbitraire de 1 à 6, elle traduit la gravité de l'anomalie :
1/6 = très faible
2/6 = faible mais facilement audible
3/6 = moyenne
4/6 = forte avec frémissement
5/6 = très forte
6/6 = audible à distance du thorax, à quelques centimètres
d)-Son timbre:

Dépendant du gradient de pression qui le génère, le souffle peut être qualifié de :
doux, en « jet de vapeur » en cas d'insuffisance mitrale ou d'insuffisance tricuspidienne
rude, râpeux en cas de rétrécissement aortique
doux, lointain, aspiratif, humé en cas d'insuffisance aortique ou pulmonaire
continu, tunnellaire en cas de canal artériel


Les souffles peuvent être classés en trois catégories :
1-Les souffles anorganiques:

Ces souffles anorganiques, exclusivement protosystoliques, ne sont associés à aucune pathologie cardiaque organique. Variables dans leur intensité et dans leur topographie - endapexienne ou latérosternale gauche - ils disparaissent en position debout et varient en intensité en fonction du cycle respiratoire. N'étant jamais accompagnés de frémissement palpatoire, ils s'observent avant tout chez le sujet jeune.
2-Les souffles fonctionnels:

Ces souffles fonctionnels sont le reflet d'un mauvais fonctionnement du muscle cardiaque ou témoignent d'une hyperpression dans les gros vaisseaux de la base du coeur. Sous ces conditions, les orifices valvulaires se distendent et les valvules deviennent incontinentes. Ne s'accompagnant pas de frémissement, ces souffles fonctionnels disparaissent généralement sous l'effet du repos ou suite à un traitement médical.

Parmi les souffles fonctionnels de régurgitation, le souffle systolique d'insuffisance mitrale fonctionnelle est le plus fréquent. Il est observé dans la région apexo-axillaire en cas de dilatation du ventricule gauche associée à l\insuffisance cardiaque gauche. Le souffle systolique d'insuffisance tricuspidienne est plus rare. Observée dans la région xiphoïdienne, il apparaît ou se renforce en inspiration forcée bloquée (signe de CARVALLO) et se rencontre en cas d'insuffisance ventriculaire droite. Le souffle systolique d'insuffisance pulmonaire fonctionnelle est rare et le souffle d'insuffisance aortique fonctionnelle est exceptionnel.

Les souffles fonctionnels d'éjection ou d'obstruction sont dus à un hyperdébit relatif à travers un orifice normal. Ils se rencontrent en cas de rétrécissement aortique fonctionnel en cas d'anémie ou hyperthyroïdie.
3-Les souffles organiques:

Ces souffles sont secondaires à des anomalies anatomiques : sténose, perforation, rupture de cordage, capotage valvulaire. Constants, situés à un foyer déterminé, ils irradient dans une direction précise. Leur timbre est franc. Ils s'accompagnent souvent d'un frémissement. Nous distinguons trois principaux souffles organiques :

-L'insuffisance mitrale:

Situé à la pointe et irradiant dans l'aisselle, le souffle de l'insuffisance mitrale est doux, en jet de vapeur, parfois plus rude. Il s'accompagne d'un affaiblissement de B1 à la pointe. Occupant toute la systole, allant d'un bruit à un autre, il est dit « holosystolique ».

-Le rétrécissement aortique:

Situé au foyer aortique, le souffle du rétrécissement aortique est rude et râpeux. Il s'accompagne d'un affaiblissement, ou d'une disparition, de B2 au foyer aortique. Il irradie dans les vaisseaux du cou, mais aussi à la pointe où il devient plus intense et change de timbre, devenant souvent musical. Bien détaché de B1 et B2, il occupe le milieu de la systole et est dit « mésosystolique ».

-L'insuffisance aortique:

Situé au foyer aortique, mais fréquemment entendu au foyer pulmonaire, le souffle de l'insuffisance aortique irradie le long du bord gauche du sternum. Il s'agit d'un souffle diastolique doux, lointain, humé, aspiratif, de faible intensité et de tonalité élevée. Accroché à B2, il décroît durant la diastole.

-Autres souffles organiques:

De nombreux autres souffles peuvent être observés en présence d'une pathologie cardiaque :
En cas de myocardiopathie obstructive, le souffle est mésosystolique, mésocardiaque et rude avec un maximum d'intensité au foyer pulmonaire.
En cas de rétrécissement pulmonaire, le souffle est mésosystolique, rude, intense, accompagné d'un B 4 à l'endapex ainsi que d'un affaiblissement de B2 au foyer pulmonaire.
En cas de communication interventriculaire, le souffle est holosystolique, mésocardiaque, intense et irradiant en "rayon de roue".
En cas de persistance du canal artériel, le souffle est continu, systolo-diastolique, tunnellaire ; situé sous la tête de la clavicule gauche, il s'accompagne d'un éclat de B2 au foyer pulmonaire.
En cas de communication inter-auriculaire, le souffle est systolique de type éjectionnel, peu intense ; situé au foyer pulmonaire, il s'accompagne d'un dédoublement large et fixe de B2.

melinda
Membre fidèle
Membre fidèle

Féminin Messages: 78
Date d'inscription: 22/03/2011
Age: 26
Localisation: BLIDA
Emploi: Etudiante en médecine

Frottement péricardique

Message par melinda le Lun 19 Mar 2012, 19:48

a)-Caractères:

Il s'agit d'un bruit superficiel, mésocardiaque, tout prês de la membrane du stéthoscope. Très localisé, il « naît et meurt sur place » et ne présente pas d'irradiations. Respectant les bruits du coeur, il est soit mésosystolique, soit mésodiastolique, soit aux deux temps, et réalise un bruit de va et vient caractéristique. De caractère intense, rugueux (crissement de cuir neuf), ou discret (froissement de la soie), il persiste en apnée et est mieux entendu en inspiration lorsque le patient est en décubitus dorsal, et en expiration lorsqu'il est en position assise. Autres caractéristiques : il augmente d'intensité avec la pression du stéthoscope et est fugace.
b)-Signification:

Traduisant une inflammation du péricarde, il s'agit d'un signe physique unique et pathognomique des péricardites sèches qui s'observe :
1) au décours des péricardites aiguës idiopathiques, virales, rhumatismales et tuberculeuses,
2) lors d'un infarctus du myocarde ,
3) en cas d'insuffisance rénale chronique.

talalamed
Star-membre
Star-membre

Masculin Messages: 2993
Date d'inscription: 09/02/2012
Age: 24
Localisation: Algérie/Annaba
Emploi: Interne au service de Pédiatrie

Re: Les réflexes en cardiologie

Message par talalamed le Lun 19 Mar 2012, 20:46

WOW .... Trés bien tt ces informations meLinda... [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image].

Mais ce sont pas des reflèxes ...vous aurez du les mettre dans
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

hachlafi
Touriste
Touriste

Masculin Messages: 2
Date d'inscription: 22/03/2012
Age: 48
Localisation: alger algerie
Emploi: medecin generaliste

Re: Les réflexes en cardiologie

Message par hachlafi le Jeu 22 Mar 2012, 03:51

garder en téte le reflexe de penser à un syndrome coronarien aigu devant un tableau digestif"epigastralgie" chez un patient mème jeune quand les facteurs de risque existent.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] en matiere de traitement d'hta ne pas s'acharner sur les chiffres;et savoir poser l'indication du trt d'urgence.

DRKOUAH
Touriste
Touriste

Masculin Messages: 2
Date d'inscription: 19/11/2011
Age: 44
Localisation: AIN BEIDA/ALGERIE
Emploi: MEDECIN

Re: Les réflexes en cardiologie

Message par DRKOUAH le Jeu 22 Mar 2012, 22:20

ne pas oublier de calculer le risque cardiovasculaire ,qui guidera par la suite la therapeutique et l'evaluation pronostique

    La date/heure actuelle est Ven 31 Oct 2014, 08:11