Forum de l'union médicale: Tunisie,Algérie,Maroc

Soyez le bienvenu sur FUMED (Forum de l'Union Médicale).


Espace de discussion scientifique pour les praticiens médicaux et para-médicaux des pays maghrébins francophones (Algérie, Tunisie, Maroc)

Do you like FUMED

Connexion

Récupérer mon mot de passe




















Pour établir un PARTENARIAT avec FUMED contactez l'administration du forum en cliquant ici:




 free counters

anatomie du cœur7

Partagez

docato
Membre hyper-actif
Membre hyper-actif

Féminin Messages : 1720
Date d'inscription : 05/09/2009
Age : 26
Localisation : Algérie sétif
Emploi : Médecin Généraliste en chômage

anatomie du cœur7

Message par docato le Mar 08 Sep 2009, 21:54

Anastomoses intercoronariennes


Les
anastomoses macroscopiques entre les branches épicardiques sont rares :
artère infundibulaire et I.V.A., artère marginale droite et I.V.A. ;
l'anastomose à plein canal I.V.A. - I.V.P. s'observe dans 6 % des cas,
au total, avec la particularité d'être trois fois plus fréquente
lorsque l'I.V.P. est fournie par l'artère circonflexe gauche (réseau
gauche dominant).
Les
anastomoses microscopiques sont extrêmement fournies à l'intérieur du
territoire d'un même réseau artériel coronaire. Elles sont moins
abondantes, et essentiellement marginales aux confins des territoires
myocardiques tributaires des différents réseaux coronariens, sauf au
niveau de la cloison interventriculaire où existe un large
chevauchement des rameaux. terminaux des artères septales antérieures
et postérieures.

Vascularisation du tissu spécifique de conduction


La
vascularisation du noeud sinusal de Keith et Flack est assurée par
l'artère du noeud sinusal qui naît dans 60 % des cas de l'artère
coronaire droite, dans près de 40 % des cas de l'artère circonflexe
gauche, très exceptionnellement du tronc de l'artère coronaire gauche ;
dans quelques cas, la vascularisation du noeud sinusal est le fait
d'artères auriculaires naissant de l'artère coronaire droite, et de
l'artère circonflexe gauche, et anastomosées entre elles au niveau de
leur terminaison dans la zone du noeud sinusal. Le noeud
auriculo-ventriculaire d'Aschoff-Tawara est vascularisé par le ramus
septi fibrosi (ou première artère septale postérieure) qui peut être
une collatérale soit du segment terminal de l'artère coronaire droite,
soit du segment initial de l'artère circonflexe droite, soit plus
rarement du segment initial de l'I.V.P. Le tronc commun du faisceau de
His est vascularisé par le ramus septi fibrosi, et dans 90 % des cas
également par la première artère septale antérieure (ou ramus limbi
sinistri) : quelques suppléances lui sont données par l'artère de la
crête supraventriculaire (collatérale du segment initial de l'artère
coronaire droite) et la deuxième artère septale postérieure (ou ramus
septi ventriculorum superior). La branche gauche du faisceau de His
reçoit son apport nourricier du ramus septi fibrosi, de la première
artère septale antérieure, mais aussi du rameau de la crête
supraventriculaire et de la 2e artère septale postérieure ; les filets
antérieurs et moyens de la branche gauche du faisceau de His sont
vascularisés par les deux premières artères septales antérieures, les
2e et 3e artères septales postérieures. Le segment initial de la
branche droite du faisceau de His est vascularisé par la première
artère septale antérieure, et accessoirement par le ramus septi fibrosi
et la deuxième artère septale postérieure : ses segments moyens et
distaux sont vascularisés exclusivement par la deuxième artère septale
antérieure (ou ramus dextri limbi). Ainsi, s'il existe une
vascularisation multiple destinée au tronc commun du faisceau de His et
à la branche gauche, le noeud auriculo-ventriculaire n'a qu'une seule
artère nourricière : le ramus septi fibrosi ; il en est de même des
segments moyens et distaux de la branche droite, vascularisés
uniquement par la deuxième artère septale antérieure ; aucune
suppléance n'existe non plus pour les filets antérieurs et moyens de la
branche gauche, tributaires de l'I.V.A. seule par les deux premières
septales antérieures.

Vascularisation veineuse


Le
drainage veineux du coeur est assuré par trois systèmes veineux qui
peuvent largement communiquer. Le système veineux le plus important
draine la quasi-totalité du ventricule gauche et s'achève par le sinus
coronaire qui s'abouche dans l'oreillette droite (voir oreillette
droite). Le deuxième système veineux collecte le sang veineux de la
majeure partie du ventricule droit et se termine soit dans le sinus
coronaire, soit directement dans l'oreillette droite. Le dernier
système veineux, le moins développé, draine une faible partie du sang
veineux issu du ventricule droit et de l'oreillette droite, par des
veinules qui débouchent directement dans la cavité auriculaire ou
ventriculaire droites, et constitue les veines de Thebesius.

Le
drainage veineux du ventricule gauche, du septum inter-ventriculaire et
des portions immédiatement voisines du ventricule droit, est assuré par
les veines interventriculaires antérieure, postérieure, et latérale (ou
marginale gauche). Les veines suivent le trajet des artères coronaires
homologues. La veine interventriculaire antérieure naît à la pointe du
coeur, et par un trajet ascendant remonte le sillon interventriculaire
antérieur, sous-croise le plus souvent la division du tronc de l'artère
coronaire gauche pour cheminer dès lors, d'avant en arrière dans le
sillon auriculo-ventriculaire gauche, parallèlement, mais
habituellement plus profondément et sur un plan supérieur, à l'artère
circonflexe gauche. Elle prend dans la partie antérieure du sillon
auriculo-ventriculaire gauche le nom de grande veine coronaire. Elle
reçoit un peu après le bord gauche du coeur, la veine oblique de
Marshall, veine auriculaire gauche, vertige atrophique de la veine cave
supérieure gauche ; elle devient dès lors très volumineuse, pour
constituer le sinus coronaire (diamètre de 6 à 10 mm) qui s'abouche
dans l'oreillette droite à la partie postéro-inférieure de la cloison
interauriculaire (voir oreillette droite : ostium du sinus coronaire).
Grande veine coronaire, et sinus coronaire qui lui fait suite ont une
longueur moyenne de 9 à 10 cm sur un coeur normal d'adulte. La veine
interventriculaire postérieure débute au versant postérieur de la
pointe du coeur, remonte le sillon interventriculaire postérieur,
surcroise le plus souvent la division de l'artère coronaire droite, et
s'achève habituellement par abouchement dans le segment terminal du
sinus coronaire, à très faible distance de l'ostium de celui-ci. Outre
la veine interventriculaire postérieure, le sinus coronaire (ou dans
certains cas la grande veine coronaire elle-même) reçoit la veine
latérale gauche (ou veine marginale gauche, ou veine
rétro-ventriculaire gauche), et, au voisinage de sa terminaison la
petite veine coronaire qui, drainant le sang issu de la paroi
postérieure du ventricule droit chemine dans les 3 ou 4 derniers
centimètres du sillon auriculo-ventriculaire droit jusqu'à la croix du
coeur. Le sinus coronaire draine ainsi le sang veineux du ventricule
gauche, des segments voisins des parois latérales du ventricule droit,
de la cloison interventriculaire, et d'une grande partie de
l'oreillette gauche. L'origine essentiellement ventriculaire gauche et
septale de ce flux veineux permet, in vivo, par analyse du sang prélevé
dans le sinus coronaire, d'apprécier le métabolisme ventriculaire
gauche et septal.

Le
deuxième système veineux, plus accessoire, est constitué par les veines
drainant la paroi antérieure du ventricule droit, et la veine marginale
droite (ou veine de Galien). Ces veines, à trajet ascendant,
surcroisent, ou sous-croisent l'artère coronaire droite au niveau du
sillon auriculo-ventriculaire droit, et s'abouchent soit directement
dans l'oreillette droite, au-dessus de l'orifice tricuspide par de
petits orifices appelés foramina de Lannelongue, soit par un tronc
veineux commun qui s'achève en arrière de la base de l'auricule droit.

Le
dernier système veineux de drainage est constitué par les petites
veines cardiaques, dites de Thebesius, courtes veinules issues surtout
de l'oreillette droite et des couches sous endocardiques des
ventricules (essentiellement de la zone des piliers) et du versant
droit du septum interventriculaire ; ces veinules, en nombre variable,
s'abouchent directement dans la cavité cardiaque correspondante, par
des micro-orifices les pores de Vieussens (ou foraminula de
Lannelongue). Le flux veineux drainé par les veines de Thebesius est
difficile à apprécier, mais semble, dans les conditions normales,
relativement minime.

Lymphatiques du coeur


Trois
réseaux sous-endocardique, intramusculaire et sous-épicardique, le plus
important) assurent le drainage lymphatique du coeur, qui se résout en
deux troncs collecteurs principaux : gauche qui remonte le sillon
interventriculaire antérieur, contourne le flanc gauche de l'artère
pulmonaire et se termine dans un ganglion inter-trachéo-bronchique ;
droit principal qui chemine dans le sillon auriculo-ventriculaire
droit, puis monte sur la face antérieure de l'aorte et se termine soit
dans un ganglion intertrachéobronchique, soit dans un ganglion
précarotidien gauche.

    La date/heure actuelle est Dim 26 Fév 2017, 11:11