Forum de l'union médicale: Tunisie,Algérie,Maroc

Soyez le bienvenu sur FUMED (Forum de l'Union Médicale).


Espace de discussion scientifique pour les praticiens médicaux et para-médicaux des pays maghrébins francophones (Algérie, Tunisie, Maroc)

Do you like FUMED

Connexion

Récupérer mon mot de passe








Derniers sujets
























Pour établir un PARTENARIAT avec FUMED contactez l'administration du forum en cliquant ici:




 free counters


La santé du Maghreb au sthétoscope ?

Partagez

Sondage

Quel est d'aprés vous le meilleurs système de santé au Maghreb ?

[ 52 ]
41% [41%] 
[ 17 ]
13% [13%] 
[ 11 ]
9% [9%] 
[ 46 ]
37% [37%] 

Total des votes: 126

MIRAGE
Directeur général de FUMED
Directeur général de FUMED

Masculin Messages: 2246
Date d'inscription: 16/08/2009
Age: 28
Localisation: Maghreb united
Emploi: Medical student

La santé du Maghreb au sthétoscope ?

Message par MIRAGE le Mer 08 Sep 2010, 22:05

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Maroc : un système peu performant

Avec une espérance de vie passée de 47 ans dans les années 1960 à 72 ans aujourd’hui, une mortalité infantile de 37 ‰ le classant au 71e rang mondial (contre 75e cinq ans plus tôt), le Maroc a notoirement fait des progrès. Mais, selon que l’on soit riche ou pauvre, urbain ou rural, les chances d’être pris en charge diffèrent encore beaucoup. Les plus démunis peuvent obtenir, après moultes tracasseries administratives, un certificat d’indigence auprès du ministère de l’Intérieur.
Depuis 2008, ils peuvent également bénéficier du Régime d’assistance médicale (Ramed) mis en place pour améliorer l’égalité des citoyens dans l’accès aux soins. « Quand il s’agit d’une urgence, on soigne, même si la personne n’a pas les moyens de payer l’opération. C’est beaucoup plus compliqué quand il s’agit d’une maladie chronique », ajoute notre médecin. Or, du fait de la transition épidémiologique, les maladies cardio-vasculaires, les cancers ou le diabète touchent de plus en plus de citoyens et coûtent cher au système de santé.
Aujourd’hui encore, 70 % de la population n’est pas couverte et jongle entre la médecine privée et un système public où elle ne veut pas payer. Jusqu’à il y a quatre ans, l’hôpital accueillait 95 % des démunis. Grâce à la mise en place du Ramed et de l’Assurance maladie obligatoire (AMO), et au développement des assurances privées, l’hôpital public n’accueille plus que 65 % des plus pauvres. « Il y a une évidente volonté politique d’améliorer le secteur, mais ce sont des processus très longs à mettre en place », regrette le praticien.

SOURCES : UNIVERSITÉ DE SHERBROOKE ET OMS
Le secteur public reste néanmoins prédominant : 50 % des médecins, 80 % du personnel paramédical et plus de 60 % des activités de consultation sont dans le public. L’État alloue 1,3 % du PIB au ministère de la Santé, mais plus de la moitié de ce budget va aux salaires, au détriment des équipements et de la remise à niveau de centres hospitaliers universitaires (CHU) vétustes. « À l’hôpital public, on est plutôt bien soigné mais il ne faut pas être exigeant en termes d’hôtellerie : murs écaillés, chambres surchargées et nourriture infecte sont le lot commun des malades », raconte Fahd, interne à Rabat.
Si le système de santé publique est peu performant, c’est essentiellement en raison d’une centralisation excessive, d’une répartition inéquitable sur le territoire et d’un personnel démotivé par les faibles salaires et parfois corrompu. Trop peu nombreux, les CHU disposent d’un budget insuffisant et drainent une population trop importante.
Cette situation a des raisons en partie historiques, car la santé publique a tardé à être une priorité pour les autorités marocaines. Dans les années 1970, la sécheresse chronique et la guerre au Sahara ont grevé le budget de l’État. Les programmes d’ajustement structurel du Fonds monétaire international (FMI), mis en place dans les années 1980, ont eu pour première conséquence de réduire les budgets de la santé et de l’éducation.
Quant au privé, le secteur est resté très limité jusque dans les années 1990. C’est à cette époque que les médecins du public ont obtenu le droit d’exercer à mi-temps en libéral. Les cliniques privées, équipées des dernières technologies, pullulent à présent dans le royaume. Si elles offrent une bonne qualité de soins et moins d’attente que dans le public, elles souffrent néanmoins d’une mauvaise réputation. De récentes affaires, révélées par la presse locale, ont montré que certaines cliniques pratiquaient régulièrement une surfacturation des soins.

Tunisie : un bilan honorable


Espérance de vie de 74 ans, éradication de toutes les maladies endémiques, mortalité infantile inférieure à 25 ‰, gratuité des soins : le bilan d’un demi-siècle de la politique de santé publique en Tunisie est impressionnant. Aujourd’hui, le pays compte plus de 10 000 médecins, dont la moitié exerce dans le privé, et quatre facultés de médecine, toutes aux standards internationaux.
Tout le monde s’accorde également pour reconnaître la qualité des soins et l’excellente formation des médecins tunisiens. Ils sont d’ailleurs les seuls sur le continent (hormis en Afrique du Sud), à effectuer fréquemment des greffes rénales, cardiaques ou de moelle osseuse. Dans ces conditions, pas étonnant que les Libyens, les Mauritaniens ou les Sénégalais se déplacent par milliers pour se faire soigner en Tunisie. « Je fais plus de 50 % de mon chiffre d’affaires avec des étrangers », reconnaît un radiologue tunisois. Quant aux Occidentaux, ils sont chaque année plus nombreux à coupler leurs vacances avec des soins, surtout esthétiques et dentaires.

SOURCES : UNIVERSITÉ DE SHERBROOKE ET OMS
En Tunisie, contrairement à ce qui se passe au Maroc, les pathologies lourdes sont prises en charge par la sécurité sociale : les insuffisants rénaux ou les malades du sida n’ont pas à débourser d’argent pour se faire soigner. Une situation qui a aussi des explications historiques. Très impliqués politiquement, les médecins tunisiens ont réussi, dès l’indépendance du pays, en 1956, à faire de la santé publique un dossier central. Sur tout le territoire des dispensaires sont construits, de larges campagnes de vaccination sont menées, la gratuité des soins est étendue à tous et le régime de sécurité sociale devient obligatoire.
Du fait de la transition épidémio*logique* et du coût des nouvelles maladies, le régime de l’assurance maladie a été réformé en 2008 afin d’améliorer la couverture santé et le remboursement des assurés, et surtout contenir la dérive des coûts. Aujourd’hui, les médecins sont néanmoins préoccupés par leur avenir. Selon certains membres du corps médical, la Tunisie forme trop de praticiens (600 par an), d’où une paupérisation de la profession. D’autant que le nombre de postes hospitaliers à pourvoir chaque année ne dépasse pas les 120 et que l’entrée dans le privé reste difficile

Algérie : des efforts insuffisants

À l’indépendance, le pays comptait 500 médecins pour 10 millions d’habitants. La mortalité infantile y était de 180 ‰ et l’espérance de vie n’y dépassait pas 50 ans. Dès 1974, l’État instaure la gratuité des soins, ce qui élargit l’accès de la population aux services de santé. Les études médicales sont réformées, afin d’améliorer la qualité de l’enseignement et le renforcement de l’encadrement, ce qui a permis de disposer d’un grand nombre de praticiens ; des hôpitaux et des CHU sont également construits. Malgré cette politique volontariste, le système de santé publique souffre aujourd’hui de grandes disparités régionales en matière de ressources humaines. Les établissements publics sont inadaptés à l’évolution de la demande de soins et se sont considérablement paupérisés. Dans ce contexte, les médecins algériens sont nombreux à opter pour le privé ou pour l’étranger. Par ailleurs, pendant la décennie noire, des centaines de praticiens ont fui le pays, laissant un grand vide derrière eux.
Les progrès réels en matière de santé ne doivent cependant pas être occultés : le taux de mortalité infantile est estimé à 38 ‰ (contre 80 ‰ en 1984) ; l’espérance de vie est passée de 67,8 ans en 1990 à 72 ans ; et des maladies comme la rougeole et la tuberculose connaissent un recul appréciable.

SOURCES : UNIVERSITÉ DE SHERBROOKE ET OMS
Ces résultats sont le fruit d’un effort humain et matériel qui s’est traduit par la multiplication des infrastructures sanitaires, totalisant plus de 70 000 lits d’hospitalisation (un lit pour 485 habitants), une augmentation du nombre de professionnels de santé (plus de 36 000 praticiens, soit un ratio d’environ un médecin pour 1 000 habitants), et un accroissement des dépenses.
Si les autorités ont beaucoup investi dans les équipements, les salaires des fonctionnaires restent très faibles et alimentent la grogne dans le secteur. En Algérie, un médecin généraliste commence sa carrière à 250 euros par mois et un spécialiste de niveau bac+12 à 450 euros (au Maroc, ils commencent à 727 euros et 910 euros, et en Tunisie à 791 euros et 935 euros). Depuis 2009, les CHU sont régulièrement paralysés par des grèves. Pour le docteur Mohamed Yousfi, président du Syndicat national des praticiens spécialistes de la santé publique, « le système en vigueur encourage l’incompétence. Le gouvernement est en déphasage avec ses élites, qui se sentent méprisées malgré l’aisance financière du pays ».


SOURCE :
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

MIRAGE
Directeur général de FUMED
Directeur général de FUMED

Masculin Messages: 2246
Date d'inscription: 16/08/2009
Age: 28
Localisation: Maghreb united
Emploi: Medical student

Re: La santé du Maghreb au sthétoscope ?

Message par MIRAGE le Ven 17 Sep 2010, 06:37

J'annoce les couleurs du sondage ! il nous reste beaucoup de choses à faire !
j'aurais aimé lire des commentaires !

En tout cas Le système Algérien reste le plus malade necessite une prise en charge urgente Like a Star @ heaven !



L'Algérie a le plus mauvais système de Santé au Maghreb ! - El Watan -
L’Algérie, en dépit de ses richesses et ses réserves en milliards, n’affiche nullement les meilleurs indicateurs de Santé au Maghreb. Le système de Santé Algérien est le plus mauvais au Maghreb. C’est la triste conclusion à laquelle ont abouti des experts de l’Université de Sherbrooke (Canada) et de l’Organisation mondiale de la santé (OMS). Dans un dossier publié récemment par le Magazine Jeune Afrique, ces experts ont planché sur les systèmes de Santé de trois pays Maghrébins, à savoir l’Algérie, le Maroc et la Tunisie, pour en dresser un tableau général sur les progrès réalisés et les déficits encore persistants.
Et à ce propos, un tableau comparatif des systèmes de santé dans les trois pays du Maghreb central a été établi par ces experts. A la lecture de ce tableau, tout le monde a vu que l’Algérie, en dépit de ses richesses et ses réserves en milliards, n’affiche nullement les meilleurs indicateurs de Santé au Maghreb. Bien au contraire, elle traîne loin derrière ses voisins.

D’abord, l’espérance de vie au Maroc et en Tunisie est nettement meilleure que celle enregistrée en Algérie. En Tunisie, elle est de 70 ans pour les hommes et 75 pour les femmes, contre, respectivement, 70 et 74 pour le Maroc et 70 et 72 pour l’Algérie.

D’autre part, le quotient de mortalité infanto-juvénile pour 1000 naissances vivantes est beaucoup plus dramatique en Algérie que dans les deux autres pays voisins. S’il est de 23 en Tunisie, contre 37 au Maroc, il dépasse le 38 en Algérie !

Les Algériens n’arrivent même pas à acheter comme il se doit les médicaments indispensables. D’ailleurs, c’est pour cela que les dépenses personnelles de santé par habitant et par an sont beaucoup moins élevées qu’en Tunisie. L’Algérien arrive à peine à consacrer 157 dollars à sa santé durant toute une année ! Cela concerne surtout les malades chroniques en Algérie qui se privent souvent de leurs médicaments à cause de leur cherté et, aussi, de leur pénurie.

Enfin, si les conclusions des experts de Sherbrooke et de l’OMS citées par Jeune Afrique soulignent que des progrès réels en matière de santé ont été réalisés dans notre pays depuis l’Indépendance, ils ne manquent pas aussi d’épingler l’Etat Algérien pour sa marginalisation des médecins et les conditions sociales précaires dans lesquelles il les enferment en dépit de son aisance financière. "En Algérie, un médecin généraliste commence sa carrière à 250 euros par mois et un spécialiste de niveau bac+12 à 450 euros (au Maroc, ils commencent à 727 euros et 910 euros, et en Tunisie à 791 euros et 935 euros). Dans ce contexte, les CHU sont régulièrement paralysés par des grèves et les médecins se sentent toujours méprisés", signale-t-on dans le dossier de Jeune Afrique.

Ainsi, ce nouveau décryptage de notre système de Santé vient de gifler les assurances déplacées et les mensonges répétitifs du gouvernement et du ministère de la Santé sur la qualité de soin et la bonne prise en charge médicale dans notre pays. L’Algérie si riche et si prospère n’est même pas au niveau de ses voisins, pourtant pauvres et dépourvus de sources de richesses, en matières de soins prodigués à ces citoyens !

Des citoyens auxquels, finalement, personne ne pense puisque nos hauts dirigeants se soignent tous à l’étranger au moindre petit bobo. Ce nouveau constat amer ne risque donc pas de les empêcher de dormir tranquillement la nuit.

Abderrahmane Semmar



ammar
Progresse
Progresse

Masculin Messages: 28
Date d'inscription: 04/08/2010
Age: 34
Localisation: constantine
Emploi: medecin

Re: La santé du Maghreb au sthétoscope ?

Message par ammar le Mer 22 Sep 2010, 23:34

ecouté bien mr MIRAGE malgré tout nos problems (10 ans : de Insécurité de mort ; d'injustice ; de vole ; de trahison dans tout les secteurs de la vie je trouve que notre dieu est fais protégé notre pays puisque si ça déroulera par ailleurs je pense que les choses vont vers le chute sur tout les niveau pas seulement sur le plan de la sante .


Dernière édition par MIRAGE le Jeu 23 Sep 2010, 06:39, édité 4 fois (Raison : Message Sans rapport avec le sujet initial :Aucune discussion sur la politique n'est permise lisez la charte du forum merci)

    La date/heure actuelle est Ven 28 Nov 2014, 12:58