Forum de l'union médicale: Tunisie,Algérie,Maroc

Soyez le bienvenu sur FUMED (Forum de l'Union Médicale).


Espace de discussion scientifique pour les praticiens médicaux et para-médicaux des pays maghrébins francophones (Algérie, Tunisie, Maroc)

Do you like FUMED

Connexion

Récupérer mon mot de passe




















Pour établir un PARTENARIAT avec FUMED contactez l'administration du forum en cliquant ici:




 free counters

Plantes anti-cancéreuses

Partagez

mahassine
Membre hyper-actif
Membre hyper-actif

Féminin Messages : 1181
Date d'inscription : 03/05/2010
Age : 31
Localisation : ALGERIE
Emploi : PHARMACIENNE

Plantes anti-cancéreuses

Message par mahassine le Mer 02 Juin 2010, 22:21

Avant de vous donner la liste des plantes possédant des vertus anti-cancéreuses, il nous a semblé utile de vous informer ici sur les relations connues actuellement entre l'alimentation et l'apparition de certains cancers.

1) Alimentation et cancer :L'alimentation peut-elle prévenir un processus cancéreux ou, au contraire, le favoriser ? La réponse est oui. En effet, les facteurs environnementaux tiennent une place importante dans la cancérogénèse humaine et, parmi eux, l’alimentation intervient de façon majeure puisqu'on estime aujourd'hui - suite aux nombreux travaux épidémiologiques réalisés au cours des dernière décennies - qu'elle participe peu ou prou à la génèse d'un bon tiers des cancers, ce qui veut dire - a contrario - qu'un régime alimentaire mieux pensé peut réduire de30 à 40% le nombre des nouveaux cas de cancer.Il est donc désormais parfaitement démontré aujourd'hui que la consommation excessive ou insuffisante de certains aliments peut soit augmenter le risque de cancérogénèse, soit le diminuer. Compte tenu de l'importance du pourcentage de cancers pouvant être évités et de l'absence de thérapeutiques encore pleinement efficaces et souvent mal tolérées pour les traiter, il nous semble logique et raisonnable de vous recommander de remettre éventuellement en question votre alimentation en fonction des informations qui suivent.

Facteurs alimentaires favorisant l'apparition de cancers :

• Lipides :
Des études épidémiologiques réalisées dans le monde entier ainsi que des expérimentations animales en
laboratoire ont montré que le risque de cancer augmentait significativement avec une
consommation

exagérée de lipides.
Or, dans nos sociétés occidentales, nous consommons globalement beaucoup plus
de lipides quen'en réclame un régime équilibré. Il y a donc lieu de ramener la ration lipidique de vos
menus
- si cela s'avère évidemment nécessaire - aux normes diététiques recommandées en privilégiant évidemment toujours les graisses insaturées.


• Glucides :

La consommation excessive de glucides simples..
les sucres dits "rapides" (sucre et produits sucrés :
confiture, miel, glace, soda, etc.) - qui amène l'organisme à stocker des graisses aboutit sensiblement aux
mêmes résultats d'augmentation de risque que l'excès de lipides. Augmentation de risque qui n'apparaît pas
avec la consommation de glucides complexes - les sucres dits "lents" (pomme de terre, riz, légumes secs,
pain, pâtes, etc.). Il vous faut donc - en règle générale
privilégier les sucres lents aux sucres
rapides dans votre alimentation.


• Protides :
L'augmentation considérable de consommation de viande favorise la survenue des cancers
,
[/size]notamment du colon, du pancréas, du rein et des cancers hormono-dépendants (sein, utérus, prostate),
alors qu'au contraire la consommation de poisson semble réduire le risque (ce qui est d'ailleurs également le
cas dans le cadre des maladies cardio-vasculaires).
[size=9]Il est donc vivement recommandé de diminuer la
consommation de viande et charcuterie au profit de celle de poisson
, en évitant le barbecue à grille
horizontale pour la cuisson qui génère des agents cancérigènes à leur surface.


• Laitages :
A la suite de nombreuses et très sérieuses études épidémiologiques, la grande majorité des spécialistes
mondiaux de recherche sur le cancer s'accordent à dire aujourd'hui qu'il est hautement probable que les
régimes riches en lait et en laitages augmentent le risque de certains cancers et particulièrement celui de
]la prostate. Il est donc désormais recommandé de ne pas en consommer de façon excessive.

• Aliments conservés dans la saumure (salaisons) et viandes ou poissons fumés (fumaisons) :
Ils doivent être consommés avec modération car ils contiennent des composés nitrosés à l'origine de
nombreux cancers gastriques pour les premiers et des agents cancérigènes à leur surface pour les seconds
dont il faut donc enlever la peau avant de les consommer.


• Alcool :
Sa consommation excessive est un facteur favorisant le
cancer du foie
Facteurs alimentaires diminuant le risque d'apparition de cancers :

Dans l'état actuel de nos connaissances et à travers les résulats des nombreuses[size=9] [size=9]études médicales déjà réalisées, il apparaît nettement que les fibres alimentaires, certaines vitamines et les phyto-oestrogènes possèdent de bonnes potentialités anti-cancéreuses. Ces potentialités sont essentiellement liées à une importante action anti-oxydante et à l'action de certains autres constituants spécifiques actifs dans la prévention de la carcinogénèse comme les composés phénoliques, les flavonoïdes et les folates.


• Les aliments riches en phyto-oestrogènes (plus particulièrement protecteurs du cancer du sein) :

- En isoflavones : soja et légumineuses.
(C'est ainsi, par exemple, que les femmes asiatiques qui ont un apport élevé d’isoflavones présentent un
taux d’incidence de cancer du sein plus faible que celui des femmes occidentales et que certaines études
récentes laissent supposer qu’une forte consommation de soja et produits dérivés diminue le risque de
cancer du sein).
- En lignanes : graine de lin, sésame, carotte.


• Les aliments riches en certaines vitamines :
- En vitamine A (rétinol) et surtout en provitamine A (béta-carotène qui est précurseur de la vitamine
A en se transformant en vitamine A dans la paroi de l'intestin grêle) qui joueraient un rôle important dans
la prévention de nombreux cancers : poumon, sein, colon, etc., avec tout particulièrment les huiles de foie
de poisson et les foies d'animaux pour la première et : oseille, cerfeuil,carotte, épinard, pissenlit, persil,
chou, abricot frais et sec, mangue, melon, etc., pour la seconde.
- En vitamine B (acide folique) qui interviendrait dans la prévention du cancer du col de l'utérus, avec
tout particulièrement : foies d'animaux, germe de blé, haricot sec, soja, lentille, cresson, épinard, persil,
châtaigne, noix, etc.
- En vitamine C (acide ascorbique) dont le rôle semble très probable dans la prévention du cancer de
l'estomac, avec tout particulièrement : persil, poivron vert ou rouge, radis noir, oseille, chou cru, cresson,
cassis, kiwi, citron, orange, fraise, mangue, groseille, mandarine, etc.
- En vitamine E (tocophérol) qui semble intervenir dans la prévention du cancer de la prostate et du
poumon, avec tout particulièrement les huiles de poisson et les huile végétales (de germe de blé, de
tournesol, de maïs, de soja, d'arachide, de colza, d'olive, de noix, etc.) ainsi que les germes de céréales,
les noisettes, les amandes, les noix, les cacahuètes, etc.
Pour obtenir plus de précisions sur les sources alimentaires des vitamines.

Il est intéressant de noter au passage que la supplémentation artificielle par une spécialité pharmaceutique
ou diététique contenant ces vitamines n'a pas les mêmes effets bénéfiques que l'apport naturel alimentaire
des aliments qui en sont riches, lié vraisemblablement à une action biologique synergique entre ces
vitamines et les différents autres nutriments et constituants présents dans ces aliments naturels.


• Les aliments riches en fibres alimentaires qui ont
un effet protecteur particulièrement marqué sur l'apparition du cancer du colon :Consommez donc davantage d'aliments qui en sont particulièrement riches (céréales complètes: son en
flocons et céréales au son d'avoine, pains aux céréales complètes et céréales mélangées, etc. ;légumes
frais : ail, artichaut, brocoli, chou, chou-fleur, chou de Bruxelles, haricot vert, maïs, oignon, pois, etc., et
légumes secs : haricot, lentille, pois chiche, etc. ;fruits frais : cassis, fraise, framboise, groseille, mûre,
orange, poire, pomme et fruits secs : abricot, pruneau, etc.) pour avoir un apport d'environ 30 g de fibres
par jour facilement atteint avec deux crudités, une portion de légumes verts et deux fruits frais.


• Autres recommandations alimentaires importantes :


- Mangez quotidiennement des légumes et fruits frais et crus
qui réduisent les risques des cancers
digestifs, et le plus souvent possible des tomates fraîches et crues (ce fruit ayant été régulièrement
trouvé protecteur dans les cancers liés au tabac et à l'alcool) et des choux (vert ou rouge, chou-fleur,
brocoli, chou de Bruxelles, ces légumes étant riches en certains composés actifs - isothiocyanates - qui
inhibent la cancérogénèse).
- Augmentez votre consommation d'ail, échalote et oignon frais et crus en accompagnement de plats,
dont l'activité anti-cancéreuse ne peut qu'être favorable
à une certaine prévention en la matière - c'est ainsi, par exemple, que de nombreuses études ont montré
le rôle préventif de l'ail dans la survenue du cancer de l'estomac et du cancer du colon.
- Ayez une plus grande consommation de poisson en remplacement d'une partie de la ration de
viande
.
- Buvez du thé (de préférence vert) dont diverses études à grande échelle ont montré qu'il avait un rôle
protecteur dans la survenue de nombreux cancers - plus particulièrement de l'œsophage, de l'estomac et
de la prostate - grâce à la quantité importante de polyphénols aux propriétés anti-oxydantes que
contiennent ses feuilles.


En résumé, il est possible d'avancer aujourd'hui que la prévention de nombreuses formes de cancer passe par l'alimentation. En conséquence, pour augmenter grandement vos chances de ne pas avoir à en souffrir un jour, nous vous recommandons vivement de privilégier systématiquement dans vos menus quotidiens les aliments mentionnés ci-dessus par une augmentation substantielle de leur consommation qui viendra -bien sûr - en remplacement d'autres aliments moins intéressants sur ce plan, sachant qu'il est préférable de consommer les légumes et fruits frais et crus chaque fois qu'il est possible et de choisir plutôt ceux-ci issus de l'agriculture biologique pour une plus grande teneur qualitative et quantitative de leurs composants..

Tout ceci démontre une nouvelle fois l'importance du bien se nourrir pour se bien ou mieux porter et qu'une prévention des cancers basée sur l’alimentation reste un objectif important pour l'avenir.


2) Plantes anti-cancéreuses :
Il existe un nombre important de végétaux dans l'arsenal thérapeutique anti-cancéreux, certains ayant des propriétés préventives ou/et antimitotiques dûment éprouvées, d'autres - les plus nombreux - encore en cours d'expérimentation clinique et seulement porteurs d'espoir.

Si, en effet, il existe en la matière de très larges potentialités avec un grand nombre de plantes aux propriétés anticancéreuses prouvées, les applications thérapeutiques parfaitement codifiées qui pourraient en découler chez l'homme sont encore très limitées pour diverses raisons parfaitement justifiées (cytotoxicité trop générale, antimitotocité pas assez sélective, etc.) mais qui découlent, pour la plupart, d'un postulat fondamental qui mériterait à nos yeux d'être remis en question dans le cadre des recherches qui sont faites dans ce domaine, à savoir de vouloir à tout prix extraire un principe actif aux fins d'expérimentation,plutôt que de procéder, dans un premier temps du moins, à des expérimentations avec un extrait total qui serait considéré comme une véritable entité pharmacologique. En matière biologique, l'action d'un tout ne correspond jamais à la somme des actions des parties, chacun de ses composants interférant en permanence avec les autres. Il est certain qu'une telle méthode de recherche beaucoup plus pragmatique - certes moins satisfaisante pour nos esprits scientifiques cartésiens qui cherchent toujours à tout rationnaliser intellectuellement - déboucherait sûrement sur d'heureuses surprises... Rien n'empêchant d'ailleurs de procéder simultanément à ces deux voies de recherche.

Nous nous sommes donc limités ici à la liste des plantes possédant, à des degrés divers, des propriétés préventives ou/et anti-cancéreuses reconnues et faisant partie de l'arsenal thérapeutique officiel, plantes simplement classées - pour la commodité de la recherche - par ordre alphabétique, sachant toutefois que les plus notables et/ou connues sont indiquées en "CAPITALES grasses".

• AIL


• Chanvre du Canada
• Chélidoine


CHOU

(dans ses diverses variétés : brocoli, chou de Bruxelles, chou-fleur, chou rouge ou vert)
Curcuma

• Cynoglosse
• Dentelaire
• Douce amère


ÉCHALOTE

• Grande ciguë
• Grenade (jus)
qui aurait la capacité de réduire considérablement la croissance du cancer de la prostate
(entre autres) y compris de ses formes les plus agressives : la consommation quotidienne de jus de
grenade chez l'homme diviserait par trois la vitesse de propagation de cancers établis de la prostate.


GUI

• Héliotrope
• Jourbarbe des toits
• Lichen d'Islande


Navet

• Ochrosia borbonica ("Bois jaune" de La Réunion)

• OIGNON

• Orpin brûlant (sédum acre)
• PERVENCHE TROPICALE ou PERVENCHE DE MADAGASCAR

• PODOPHYLLE
• Reishi
• Sanguinaire


• THÉ


• Thuya

• TOMATE

• Vipérine

On peut également ajouter à cette liste des nombreuses autres plantes qui interviennent de façon notable dans la prévention des cancers en accroissant le potentiel des défenses de l'organisme, tout particulièrement :

• ÉLEUTHÉROCOQUE

• Eupatoire chanvrine

• GINSENG

• PRÊLE

prévention qui s'avère toujours - même si l'on a un peu trop tendance à l'oublier actuellement - la finalité majeure de la médecine illustrée le célèbre adage "Mieux vaut prévenir que guérir", surtout dans ce domaine où la guérison est encore loin d'être toujours acquise malgré les énormes moyens thérapeutiques curatifs dont nous disposons.

    La date/heure actuelle est Mer 18 Jan 2017, 05:06