Forum de l'union médicale: Tunisie,Algérie,Maroc

Soyez le bienvenu sur FUMED (Forum de l'Union Médicale).


Espace de discussion scientifique pour les praticiens médicaux et para-médicaux des pays maghrébins francophones (Algérie, Tunisie, Maroc)

Do you like FUMED

Connexion

Récupérer mon mot de passe








Derniers sujets

» Un max des cours de la fameuse Conf Raphael 11,98 Go !!!!
Aujourd'hui à 23:05 par Chakib10

» Le Manuel Du Résident - Ophtalmologie 2017
Aujourd'hui à 19:57 par Deja-Vu

» Medline orthopédie 6eme édition
Aujourd'hui à 18:44 par Chakib10

» Livre ECNi les plus récent :)
Hier à 12:12 par Bocombo.31

» La Lettre du Gynécologue / N° 405 / décembre. 2016
Hier à 09:38 par delloul

» besoin de cours chirurgie maxillo-faciale
Lun 05 Déc 2016, 21:37 par Doctissouma

» Traité d'anesthésie générale
Lun 05 Déc 2016, 19:08 par imessaf

» Le concours médical (4 numéros 2016 )
Lun 05 Déc 2016, 13:40 par abd errachid

» Préparation en prothèse fixée
Lun 05 Déc 2016, 10:49 par jemandzah

» la prothése fixe
Lun 05 Déc 2016, 10:47 par jemandzah

» traitement orthodontique précoces chez l'enfant .
Lun 05 Déc 2016, 10:40 par jemandzah

»  alvéolite dentaire Document
Lun 05 Déc 2016, 10:37 par jemandzah

» Vidal Version Complete (EXCLUSIVE!)
Dim 04 Déc 2016, 22:01 par ryad989

» Le Manuel Du Résident - Cardiologie 2017
Dim 04 Déc 2016, 18:28 par abder

» ECN-Intégrale - Collection QCM en ...
Dim 04 Déc 2016, 18:05 par moumen1991













Pour établir un PARTENARIAT avec FUMED contactez l'administration du forum en cliquant ici:




 free counters



Anomalies échocardiographiques dans le diabète de type 2 : quelle évolution à 2 ans ?

Partagez

MIRAGE
Admin
Admin

Masculin Messages : 2276
Date d'inscription : 16/08/2009
Age : 30
Localisation : Maghreb united
Emploi : Medical student

Anomalies échocardiographiques dans le diabète de type 2 : quelle évolution à 2 ans ?

Message par MIRAGE le Ven 08 Nov 2013, 17:00

Le risque de développer une insuffisance cardiaque est élevé pour les patients diabétiques de type 3 indépendamment de la coexistence d’une cardiopathie ischémique, et une fois installée, cette insuffisance cardiaque est de plus mauvais pronostic que chez les sujets non diabétiques.  Bien avant sa survenue, il peut exister un dysfonctionnement ventriculaire gauche (DVG) diastolique ou systolique infraclinique, qui est aisément accessible à l’échocardiographie bidimensionnelle. La valeur pronostique de ces anomalies fonctionnelles reste imparfaitement connue. L’étude de cohorte prospective intitulée DYDA (Left ventricular DYsfunction  in type 2 DiAbetes mellitus) permet d’en savoir plus. Elle a inclus 960 patients atteints d’un diabète de type 2 qui ont tous bénéficié, à l’état basal, d’une évaluation échographique de leur fonction ventriculaire gauche. Le raccourcissement du segment médian (RSM) de la paroi du VG s’est avéré fréquemment altéré, alors qu’il n’existait aucune manifestation clinique pouvant faire évoquer l’existence d’une cardiopathie. La valeur pronostique des diverses perturbations fonctionnelles a été évaluée pendant les deux années qui ont suivi le bilan échographique. Les événements majeurs pris en compte au cours de cette période ont été, d’une part, la mortalité toutes causes confondues, d’autre part, les hospitalisations.
Ont été considérées comme pathologiques les valeurs des paramètres suivants: 1) RSM ≤15 %; 2) dysfonctionnement diastolique avéré : rapport E/A (rapport des pics de vélocité de l’onde E, précoce, et de l’onde A, tardive, du flux mitral enregistré par le Doppler) compris entre 0,75 et 1,50 ou temps de décélération de l’onde E < 140 ms. La prévalence du dysfonctionnement systolique/diastolique, quelle qu’en soit l’expression échocardiographique, a été estimée à 88,1 % (616/699) sur les examens initiaux et ultérieurs. Parmi les variables prédictives de ces anomalies, figuraient en tête de liste un âge élevé et des taux élevés d’HbA1c. Au cours du suivi, 15 patients sont décédés (1,6 %), dont trois en raison d’une maladie cardiovasculaire. Cent trente neuf patients ont été hospitalisés (14,5 %), dont 43 pour un accident cardiovasculaire et 20 pour un cancer inaugural.
Il se confirme que le DVG systolique et/ou diastolique infraclinique est des plus fréquents chez les patients atteints d’un diabète de type 2 : dans cette étude, près de 9 sujets sur 10 seraient concernés, alors qu’il n’existait aucune cardiopathie cliniquement patente. Au terme de 2 ans de suivi, 15 % des participants ont été confrontés à un événement majeur, mais qu’il s’agisse du décès ou de l’hospitalisation, ce ne sont pas les causes cardiovasculaires qui dominent, loin s’en faut. Les variables pronostiques les plus déterminantes étaient en fait l’âge (élevé), les taux (élevés) d’HbA1c, les troubles lipidiques ou encore l’existence d’une claudication intermittente des membres inférieurs. En revanche, le DVG systolique/diastolique n’a pas été associé aux événements péjoratifs retenus dans l’étude. Il faut souligner qu’une période de deux années est a priori insuffisante pour se prononcer sur la valeur pronostique à plus long terme des anomalies relativement mineures détectées par l’échocardiographie au sein de cette population à haut risque cardiovasculaire.


Dr Philippe Tellier

Cioffi G et coll. Left ventricular dysfunction and outcome at two-year follow-up in patients with type 2 diabetes: The DYDA study. Diab Res Clin Pract., 2013 ;101 : 236-242.

JIM NOV 2013

    La date/heure actuelle est Mer 07 Déc 2016, 23:10