Forum de l'union médicale: Tunisie,Algérie,Maroc

Soyez le bienvenu sur FUMED (Forum de l'Union Médicale).


Espace de discussion scientifique pour les praticiens médicaux et para-médicaux des pays maghrébins francophones (Algérie, Tunisie, Maroc)

Do you like FUMED

Connexion

Récupérer mon mot de passe




















Pour établir un PARTENARIAT avec FUMED contactez l'administration du forum en cliquant ici:




 free counters

Hépatite C chez les diabètiques ; Les spécialistes en Algérie tirent la sonnette d’alarme

Partagez

MIRAGE
Admin
Admin

Masculin Messages : 2276
Date d'inscription : 16/08/2009
Age : 30
Localisation : Maghreb united
Emploi : Medical student

Hépatite C chez les diabètiques ; Les spécialistes en Algérie tirent la sonnette d’alarme

Message par MIRAGE le Jeu 25 Oct 2012, 23:33

Eminent spécialiste des maladies infectieuses, le Pr. Djamel
Abdenour, du CHU de Constantine, tire la sonnette d’alarme quant à la
prévalence élevée de l’hépatite C en Algérie et plus particulièrement
dans la wilaya de Constantine, où une étude diligentée par ses soins,
dévoile des chiffres révélateurs des conséquences de cette pathologie
qui entraîne, a-t-il indiqué, des insuffisances hépatiques graves, voire
un cancer primitif du foie.

Mettant l’accent sur les personnes dialysées et des diabétiques, qui
auraient quatre fois plus de risque de développer une hépatite C, il
rappelle l’urgence et l’importance primordiale de procéder à un
dépistage systématique. D’autant, a-t-il indiqué, que le test à subir
n’est pas contraignant. Il ne demande que 10 à 15 minutes et d’un
lecteur spécifique. Il dira : «Il suffit de deux à trois gouttes de
réactifs et d’une goutte de sang prélevée sur un doigt à l’aide d’un
stylo piqueur pour obtenir un résultat absolument fiable.

Cet acte préventif dont l’importance n’est plus à démontrer est le
meilleur moyen pour contrer efficacement cette pathologie, sachant
qu’elle peut entraîner dans plus de 50 % des cas un diabète, sinon des
complications hépatiques irréversibles, voire même des dégâts
collatéraux tout aussi importants.» Intervenant à la faveur d’une table
ronde organisée à la salle des conférences de l’hôtel Novotel, organisée
conjointement par le laboratoire Roche Pharma et l’association Nahla
d’aide aux diabétiques, il insistera particulièrement sur ce point
névralgique: «Il faut savoir que, sans un dépistage, on peut traîner une
hépatite C durant des années sans le savoir, ce qui ne manquera pas
d’aggraver sensiblement l’état du patient puisque ce dernier n’aura
bénéficié d’aucun traitement, sachant que les traitements actuels de
lutte contre l’hépatite C sont de plus en plus efficaces et sont même
susceptibles de guérir plus de 80 % des personnes affectées.

De ce fait, sans un dépistage, il est clair qu’à la découverte de la
maladie, le virus aura, entre-temps, causé des dégâts hépatiques
graves.»
Revenant sur l’étude menée par son équipe (la première du genre à
l’échelle de la wilaya de Constantine dont la population a été estimée
au dernier recensement, à 938 475 habitants), le Pr. Djamel Abdenour
livre quelques chiffres significatifs des avancées de la maladie: «8 424
personnes souffrant d’un diabète de type 2 sont infectées par le virus
de l’hépatite C, sachant que près de 25 000 diabétiques adultes de type 2
ont été recensées à travers la wilaya de Constantine.»

Ahmed Boussaïd
Elwatan

    La date/heure actuelle est Mer 18 Jan 2017, 02:35