Forum de l'union médicale: Tunisie,Algérie,Maroc

Soyez le bienvenu sur FUMED (Forum de l'Union Médicale).


Espace de discussion scientifique pour les praticiens médicaux et para-médicaux des pays maghrébins francophones (Algérie, Tunisie, Maroc)

Do you like FUMED

Connexion

Récupérer mon mot de passe








Derniers sujets
























Pour établir un PARTENARIAT avec FUMED contactez l'administration du forum en cliquant ici:




 free counters


L’intolérance au glucose pendant la grossesse a déjà des conséquences délétères

Partagez

Dr Aymen
Admin
Admin

Masculin Messages: 3442
Date d'inscription: 27/07/2009
Age: 30
Localisation: TUNISIE
Emploi: Résident en Imagerie médicale

L’intolérance au glucose pendant la grossesse a déjà des conséquences délétères

Message par Dr Aymen le Jeu 10 Déc 2009, 03:33

Le diabète gestationnel (DG) est associé à un risque significativement élevé de complications périnatales. Il fait actuellement l’objet d’une controverse : une hyperglycémie moins sévère pourrait-elle déjà entraîner une augmentation du risque de ces complications ? Certaines données suggèrent en effet que les critères diagnostiques habituels du DG sont trop restrictifs et que des niveaux moindres d’hyperglycémie augmenteraient déjà le risque. Une étude prospective a donc été menée pour évaluer les conséquences chez l’enfant d’une intolérance au glucose chez la mère.
Elle a concerné 23 316 femmes qui toutes avaient une glycémie à jeun inférieure ou égale à 1,05 g/l, et inférieure ou égale à 2 g/l à 2 heures après charge orale en glucose de 75 g réalisée entre 24 et 32 semaines de grossesse. Les critères d’analyse principaux étaient le poids de naissance, la réalisation d’une césarienne, l’existence d’une hypoglycémie néonatale et le taux du C-peptide sur le sang du cordon. Les critères secondaires étaient la naissance avant 37 semaines, la dystocie des épaules ou autre problème obstétrical, la réanimation néonatale, l’hyperbilirubinémie et la prééclampsie.

Les odds ratios (OR) ajustés ont été calculés à partir de l’augmentation d’1 déviation standard (DS) de la glycémie à jeun (soit 0,069 g/l), de la glycémie à 1 heure (0,309 g/l) et de la glycémie à 2 heures (0,235 g/l). Pour chacune de ces mesures, les résultats étaient respectivement les suivants : pour un poids de naissance supérieur au 90ème percentile, l’OR était de 1,38, 1,46 et 1,38 ; pour un taux de C-peptide supérieur au 90ème percentile, 1,55, 1,46 et 1,37 ; pour la césarienne, 1,11, 1,10 et 1,08 ; et pour l’hypoglycémie néonatale, 1,08, 1,13 et 1,10. Il n’existait pas de limite évidente à partir de laquelle le risque augmente. Une corrélation significative était aussi retrouvée pour les critères secondaires, mais elle était plus faible. L’étude présente cependant les limites suivantes : l’apport nutritionnel et la prise de poids de la mère pendant la grossesse ne sont pas connus et peuvent aussi affecter la croissance fœtale ; de même, des antécédents maternels de DG, de macrosomie ou l’IMC peuvent influer sur les décisions obstétricales.

Ces résultats montrent une corrélation forte et continue entre des niveaux de glycémie chez la mère élevés mais restant inférieurs à ceux du diabète, et une augmentation du poids de naissance et des taux de C-peptide sur le sang du cordon. Les critères diagnostiques du DG pourraient ainsi être reconsidérés.



Dr Stéphanie Mauduit

HAPO Study Cooperative Research Group. : Hyperglycemia and Adverse Pregnancy Outcomes. N Engl J Med 2008; 358: 1991-2002

    La date/heure actuelle est Sam 01 Nov 2014, 14:45